AccueilLes traitementsPar problèmesLa cellulite, l'ennemi commun des femmes

La cellulite est, de manière scientifique, définie par une inflammation des cellules graisseuses du tissu adipeux de notre corps. Elle est composée de différents éléments : de cholestérol, de triglycérides, d’acides gras et d’eau. Ces cellules graisseuses forment un agglomérat sous la peau dont la capacité de stockage est d’ores et déjà atteinte. Le résultat de cette accumulation est visuellement représenté par des petits trous localisés, que l’on appelle capitons, et qui donnent cet aspect de peau d’orange sur les zones atteintes. À ces endroits, la peau est relâchée, flétrie, gondolée et a perdue de son élasticité. La cellulite n’est pas une maladie, mais un phénomène naturel qui touche les tissus. 85 % des femmes dans le monde sont touchées par ce phénomène et, 70 % d’entre elles souhaiterait s’en débarrasser.

Quelles sont les causes de l’apparition de la cellulite ? Quelles sont les zones les plus touchées par ce phénomène ? Comment identifier les différents types de cellulite et comment les traiter ? Apportons des réponses à ces questions.

Les différentes causes d’apparition de la cellulite

N’importe qui peut être touché par la cellulite, femmes et hommes, peu importe leur âge ou leur morphologie. Cependant, ce sont les femmes qui restent le plus touchées par ce phénomène car leurs corps contiennent davantage de cellules adipeuses que celui des hommes afin, de se préparer aux futurs besoins de l’organisme en période de grossesse ou d’allaitement. Voici les différentes causes et les facteurs associés au développement de la cellulite :

  • La génétique: comme pour le diabète, ou l’hypertension, une composante héréditaire est belle est bien présente concernant la cellulite. La génétique détermine notamment le nombre de cellules graisseuses et leur localisation.
  • Des troubles de la circulation sanguine et lymphatique : les cellules graisseuses chez la femme sont situées dans l’hypoderme (sous le derme) et sont retenues par un quadrillage de fibres rigides. Lorsque la femme est sujette à la rétention d’eau, les cellules adipeuses prennent en volume et poussent contre ces cloisons fibreuses. N’arrivant pas à se distendre, cela donne cet effet peau d’orange et capitons, que l’on ne retrouve pas chez l’homme.
  • Les hormones : les hormones féminines, comme l’œstrogène, joue un rôle prépondérant dans le stockage des graisses dans les parties basses du corps, où se trouve la majorité des adipocytes (cellules graisseuses). Ce stockage est directement lié à l’apparition de cellulite. La progestérone, une autre hormone féminine, qui fluctue selon les périodes du cycle menstruel, joue son rôle également. Elle perturbe la circulation veino-lympatique, car elle pousse le corps à stocker du sodium et de l’eau, ce qui favorise la rétention d’eau.
  • Les facteurs externes bien évidemment, beaucoup de facteurs externes jouent leur rôle dans l’apparition de la cellulite. On parle notamment de l’alimentation, avec un régime trop gras, trop sucré, trop salé et dépourvu de fibres. De la sédentarité, du tabagisme, et même de la prise de certains médicaments (contraceptifs, antihistaminiques, corticoïdes).

Savoir identifier les différents types de cellulites

Pour traiter au mieux sa cellulite, il faut d’abord pouvoir l’identifier via un examen clinique. Il existe 3 différents types de cellulite :

  1. La cellulite aqueuse, la cellulite que l’on voit :

Aussi appelée cellulite d’infiltration, elle est directement liée à la rétention d’eau provenant d’une mauvaise circulation sanguine et lymphatique. Les femmes très minces peuvent aussi être touchées par ce phénomène. Le plus souvent, la cellulite aqueuse se retrouve dans les cuisses, les bras, les mollets ou encore les chevilles. On la reconnaît, car elle se manifeste par un gonflement de la peau avec une aggravation en fin de journée.

Pour la diminuer naturellement, il faudra opter pour une alimentation plus riche en vitamine B6 et en potassium (chasse l’eau des cellules), limiter les sucres et les sels (retiennent l’eau dans les cellules), et boire beaucoup d’eau pour éliminer les toxines. Il est également conseillé de pratiquer des activités sportives favorisant le retour veineux telles que : la marche rapide, le vélo, la natation ou encore l’aquabike. Il existe également des traitements esthétiques recommandés pour traiter la cellulite aqueuse : le palper-rouler, le Cellu M6 et Unison.

  1. La cellulite fibreuse, la cellulite que l’on sent :

Incrustée et difficile à déloger, la cellulite fibreuse est davantage présente chez la femme adulte notamment à la ménopause. Elle est douloureuse au toucher et peut être de couleur légèrement violacée. La peau est souvent dure et capitonnée, surtout au niveau des cuisses, des fesses et des hanches. Elle provient d’un dysfonctionnement des fibroblastes, cellules présentent dans le derme.

Pour la diminuer de manière naturelle, pratiquer un sport d’endurance et limiter les sucres raffinés est recommandée. Des traitements de médecines esthétiques sont possibles sur ce type de cellulite, notamment Cellfina et Unison.

  1. La cellulite adipeuse, peu perceptible à l’œil ou au toucher :

Appelée également adipose ou hyperplasie adipocytaire superficielle, elle est due à un épaississement de la couche superficielle du tissu adipeux (cellules graisseuses) par rapport à la taille du derme. Elle est caractérisée par une augmentation anormale du nombre (hypertrophie) ou de la taille (hyperplasie) des cellules graisseuses du ventre, des cuisses, des hanches ou encore de ce que l’on appelle « la culotte de cheval ». La cellulite adipeuse peut être d’origine génétique, hormonale et vasculaire. La zone concernée est relativement souple et non douloureuse, mais avec un aspect peau d’orange bien présent.

Pour la réduire de manière naturelle, une perte de poids est parfois nécessaire pour éliminer une partie de la cellulite adipeuse. Il est conseillé de pratiquer une activité sportive régulière et d’opter pour une alimentation équilibrée, riche en vitamine C. Des traitements à visés esthétiques restent possibles, notamment : SculpSure, Exilis et Onda.

Les traitements anti-cellulite de médecine esthétique

Pour des résultats visibles et durables, il existe pour chaque cellulite son alternative et son protocole. Suite à un examen clinique par un médecin, différents types de traitements pourront vous être proposés :

  • Cellu M6 : Technique d’Endermologie® non invasive qui consiste à pratiquer la technique du palper-rouler dynamique afin de mobiliser les tissus. Des séances régulières, tout au long de la vie seront recommandées.
  • Cellfina : Traitement peu invasif qui consiste à la réalisation de micro-incisions dans la zone à traiter. Une seule séance suffit pour des résultats visibles dès la première séance et pour au moins 6 ans, voire à vie.
  • Unison : Méthode indolore et non invasive qui utilise la combinaison des méthodes de cavitation et radiofréquence. Cela crée un phénomène de lipolyse qui permet d’éliminer les surcharges graisseuses, d’améliorer la circulation sanguine et de draine le fluide lymphatique. Les résultats sont visibles dès 3 mois à raison d’une séance une fois par semaine pendant 4 à 6 semaines, avec une séance d’entretien tous les 3 à 6 mois.
  • SculpSure : Laser hyperthermique élaboré par Cynosure permettant de déloger et de détruire la graisse tenace, avec une action directe sur le relâchement cutané. 1 à 3 séances, à 6 semaines d’intervalle sont nécessaires avec des résultats visibles dès 6 semaines, définitifs en 12 semaines.
  • Exilis : Combinaison de la radiofréquence et des ultrasons, cette méthode non invasive et non douloureuse cible les cellules graisseuses en surface. Le protocole exige une séance par semaine toutes les deux semaines pendant 4 à 6 semaines pour l’obtention de résultats, visibles dès la première séance.
  • Onda : Technologie qui utilise des micro-ondes Coolwaves afin de dissoudre les dépôts de graisses localisés en profondeur. Les cellules graisseuses se vidangent alors dans le système lymphatique pour être éliminées. De plus, Onda stimule le tissu conjonctif et le collagène de la peau pour lutter contre l’effet peau d’orange. 3 à 4 séances à 1 mois d’intervalle sont recommandées avec des résultats visibles dès la deuxième séance.

N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations ou pour toute prise de rendez-vous.

https://iena21.com/wp-content/uploads/2022/05/IENA21-LOGOHEADER-320x320.png

Le centre vous accueille du lundi au vendredi 11h-14h & 15h-19h

0