AccueilLes traitementsEsthétiqueLa toxine botulique : action, indications et traitement

La toxine botulique, mais qu’est-ce que c’est ?

La toxine botulique, également appelée toxine botulinique et populairement connue sous le nom de botox, est une molécule produite par une bactérie du nom de Clostridium Botulinum. Il s’agit d’une neurotoxine libérée par cette bactérie et qui est à l’origine du botulisme. Cette affection peut être à l’origine de troubles de la vision, de symptômes de forte intoxication alimentaire, d’une faiblesse musculaire et dans les cas les plus sévères d’une paralysie des muscles. Aujourd’hui, la recherche a permis de purifier cette neurotoxine et de la dénuer de toute sa toxicité pour l’utiliser à des fins thérapeutiques. Elle est donc sans danger dans le cadre médical car, le produit final ne contient aucune bactérie mais une quantité infime d’un composé chimique produit par cette dernière.

La toxine botulique est utilisée depuis de nombreuses années en ophtalmologie, notamment dans le traitement des troubles oculaires tels que le strabisme et le clignement non contrôlé des yeux. Elle est également utilisée en neurologie et, plus récemment, en dermatologie depuis les années 1990. Elle est préconisée dans la réduction des rides d’origines musculaire du front et des tempes par exemple, ou dans le traitement de la transpiration excessive localisée.

Indications et mode d’action

Le traitement par la toxine botulique a pour but d’adoucir les traits du visage qui ont tendance à se « durcir ». Elle est indiquée pour la réduction des rides d’origines musculaires, notamment les rides du lion (inter-sourcilières) dues aux froncements de sourcils, les rides du front, des tempes ou encore les pattes d’oie (situées aux coins externes des yeux). La toxine botulique peut également être indiquée pour corriger d’autres zones du visage et du cou telles que, les coins des lèvres, le sourire gingival (exposition excessive des gencives lors du sourire), le menton, ou encore le fripé jugal (rides au niveau des joues). Ces indications sont plus rares car elles ne possèdent pas d’autorisation de mise sur le marché (AMM), mais restent possibles.

Lorsque les fibres nerveuses sont sollicitées, elles peuvent répondre à une commande volontaire provenant du cerveau ou à un automatisme, lors d’une mimique par exemple. La sollicitation d’une fibre nerveuse aboutit à la contraction du muscle qu’elle contrôle. Le rôle de la toxine botulique est de bloquer la connexion entre la fibre nerveuse et sa fibre musculaire.

L’injection se fait directement au niveau de la zone musculaire concernée, en provoquant une paralysie partielle du muscle. En effet, la paralysie ne concerne qu’une partie des fibres nerveuses, ce qui permet la réduction des mimiques réflexes tout en conservant la mobilisation musculaire intentionnelle, pour un résultat naturel. Évidemment, la dose de toxine botulique injectée est dépendante de chaque patient et sera déterminé lors de la consultation avec le médecin qui vous prendra en charge au centre IÉNA21. Ces injections doivent toujours être réalisées par un médecin spécialiste habilité.

Contre-indications et précautions du traitement

D’une manière générale, il faudra pendant la consultation mentionner de manière détaillée le moindre de souci de santé vous concernant. Cela permettra à votre médecin de déterminer si le traitement est possible ou non, et de l’adapter de la meilleure des façons. Vous devez impérativement l’informer si : une grossesse est en cours, si vous allaitez, si vous êtes atteint d’une myasthénie grave (maladie auto-immune causant une faiblesse musculaire), ou bien si vous souffrez d’une infection au niveau de la zone à traiter. Dans ces cas, les injections de toxines botuliques sont contre-indiquées. De plus, il est recommandé d’éviter de prendre certains médicaments tels que, des anti-inflammatoires, certains antibiotiques (aminosides), des anticoagulants, des vasodilatateurs, des vitamines ou encore de l’aspirine, et ce, au moins une semaine avant le début du traitement. Cela permettra de minimiser les risques de bleus ou de saignements dus aux injections. De la même façon, si vous êtes déjà traité par la toxine botulique pour d’autres raisons médicales, le médecin du centre prendra contact avec votre médecin traitant afin de prendre connaissance de la date et de la marque de l’injection déjà réalisée. Cela lui permettra d’évaluer la façon et le moment les plus adéquats de vous administrer le traitement. Il est également important de prendre conscience que les effets indésirables du traitement peuvent survenir même si les injections précédentes ont été bien tolérées. De la même façon, même si le protocole utilisé et la dose injectée sont les mêmes qu’aux séances précédentes, l’efficacité du traitement peut varier d’une séance à l’autre.

Avant tout traitement, le médecin examine attentivement chaque patient et ses mimiques faciales afin d’adapter le traitement. Des photos seront prises avant l’intervention afin d’assurer le suivi. Il vous sera conseillé de prendre certaines précautions telles que la prise d’arnica pour limiter les risques d’ecchymoses et de masser la zone à traiter à l’aide d’une crème anesthésiante 1 heure avant l’injection. Il n’est pas nécessaire d’être à jeun le jour des injections, et il conviendra de venir au rendez-vous sans crème, ni maquillage.

Il sera nécessaire de respecter un intervalle minimum de 3 mois entre deux séances, avec tout de même une possibilité de retouche entre 2 à 4 semaines après l’injection initiale. Ce délai va permettre d’éviter l’apparition d’anticorps, dirigés contre la toxine botulique injectée, capables d’altérer l’efficacité du traitement.

Déroulement de la séance et résultats

L’injection est réalisée avec une aiguille de petit calibre. Une fois l’injection effectuée, le médecin pourra, si besoin, appliquer un pain de glace sur la zone pendant quelques minutes. Dans les 3 à 6 heures suivant l’injection, il vous sera déconseillé de faire du sport, de vous rendre au sauna/hammam, ou de porter un casque de moto. En réalité, toute compression (lunettes, casquette…), massage sur le site d’injection, ou même le fait de s’allonger, est à éviter. En effet, toutes ces actions pourraient entraîner une diffusion exagérée du produit.

Les résultats sont observables dès le 3ème jour après l’injection et se complètent progressivement en 2 semaines. On observe une relaxation des zones plissées qui ont été traitées, par exemple : les pattes d’oies, les rides du front avec un rehaussement subtil des sourcils (rajeunissement du regard), une amélioration des rides au repos notamment (et non des rides liées à d’autres muscles). Certaines rides peuvent donc s’atténuer progressivement, voire disparaître si aucune cassure dermique (ou mini cicatrice) n’était présente au préalable.

La toxine botulique est utilisée de façon personnalisée en fonction de la demande du patient. Il s’agit en fait d’une balance entre lissage des rides et mobilité du visage. Si le patient souhaite atténuer ses rides au maximum, cela est possible, mais au dépend de la mobilité. Cela implique que son visage sera davantage figé. De la même façon, les rides peuvent être plus légèrement estompées, mais toujours visibles, tout en gardant un visage plus mobile, moins figé.

Une consultation de suivi est réalisée deux à quatre semaines après les premières injections pour éventuellement parfaire le résultat. Dans le cas d’échec du traitement ou d’une diminution de son effet après des injections répétées, votre médecin pourra vous renseigner sur des méthodes de traitement alternatives. Le but de ces injections est de vous satisfaire dans des proportions réalistes même s’il arrive parfois que l’effet escompté ne soit pas atteint.

Il faut noter que les effets de la toxine botulique sont temporaires. Pour maintenir les résultats, il est nécessaire de renouveler les injections tout en respectant un délai minimal de 3 mois et jusqu’à 6 mois après la dernière injection. Le rythme à prévoir est donc une première injection, avec possibilité de retouche entre 2 à 4 semaines après la première injection, puis pas de réinjection avant au moins 3 mois. Selon les patients, car chaque traitement est personnalisé, l’intervalle entre les injections peut atteindre les 6 mois, voir plus. Il a été montré que les effets de la toxine botulique s’installent de plus en plus durablement au fur et à mesure des injections réalisées.

Effets indésirables secondaires et consentement

Transitoires, rares, mais tout de même gênants, les effets indésirables secondaires des injections de toxine botulique peuvent être les suivants : une rougeur locale ou un hématome au niveau du point d’injection ; un gonflement autour des yeux, du au manque de drainage suite à la mise au repos du muscle par l’injection ; une sensibilité plus accrue avec une sensation de tension ou de fixité associée à des douleurs faciales passagères. En traitant la ride du lion par exemple, certains patients peuvent faire face à un effet secondaire très invalidant qui est la chute de la paupière. En général, cela survient soit après une mauvaise technique d’injection, soit à cause de la diffusion anormale du produit au delà de la ride du lion, qui fait souvent suite au non suivi des recommandations post-injection (port d’un casque, s’être allongé, sport intensif…). De la même façon, lorsque les muscles frontaux sont mis au repos par l’injection, certains sujets peuvent être très gênés. Une sensation parfois invalidante de paupières lourdes peut être ressentie, tout comme le fait de ne plus pouvoir surélever les sourcils. Il faut savoir que les rides du front sont provoquées par les muscles frontaux, seuls muscles qui permettent de remonter les sourcils et indirectement les paupières. D’autres complications telles que des maux de tête, une sécheresse oculaire ou de façon plus exceptionnelle des allergies, des vertiges et de la fatigue, peuvent être observées.

Ces effets secondaires rappellent l’importance d’une bonne expertise médicale de votre praticien et de sa connaissance de votre dossier médical. Tous ces éléments, ainsi que l’évaluation du dosage de la toxine botulique, rendent la manifestation d’effets secondaires plutôt rare. Tous les risques vous seront communiqués par le médecin du centre lors de la première consultation. Si l’un des points restaient incompris, il est impératif de lui en faire part avant d’apporter votre consentement.

N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations ou pour toute prise de rendez-vous.

Cette correction esthétique n’est pas prise en charge par la sécurité sociale, sauf dans le cadre d’une transpiration excessive, souvent d’origine médicale. Une consultation avant traitement doit avoir lieu au minimum 14 jours avant. Lors de cette consultation, un devis et un consentement éclairé vous seront remis et devront être retournés signés avant le traitement.

Pour des raisons médico-légales, la toxine botulique est injectée exclusivement par les dermatologues du centre.
Produits utilisés au centre IÉNA21 : Azzalure (Galderma), Bocouture (Merz).

https://iena21.com/wp-content/uploads/2022/05/IENA21-LOGOHEADER-320x320.png

Le centre vous accueille du lundi au vendredi 11h-14h & 15h-19h

0